A défi universel, réponse universelle

Visite avec VivaCites« Pour une poignée de degrés » est une exposition photographique évolutive et participative sur le défi climatique, à laquelle chacun peut participer. Elle propose un dialogue en images entre artistes et citoyens, pour  figurer les enjeux du changement climatique : ses causes profondes, ses multiples impacts, notre capacité à affronter ce défi commun. Elle nous interroge sur le rapport entre l’humain et la nature, sur notre façon d’habiter le monde. Un récit collectif et visuel se forme progressivement. Une exposition à découvrir en ligne sur ce site ou grandeur nature. Et dans un catalogue à paraître en décembre 2016. COMMENT PARTICIPER ?

Page Facebook / @degresphotos

« S’il nous fallait un « état d’urgence » pour nous secouer, pour mobiliser ce qu’il y a de meilleur en nous, voilà, nous y sommes ». Amin Maalouf, Le Dérèglement du monde

Et si l’art nous aidait ?

DEGRES_EXPO_Flyer_10x15_rectoDix œuvres, d’artistes reconnus ou issus de la jeune création, constituent le socle de ce projet qui  s’enrichit en ligne jusqu’au 30 novembre 2016. Dix photographies choisies pour leur force poétique, et leur qualité d’évocation. Entrées en résonance, elles évoquent de façon impromptue le changement climatique. Elles interrogent notre capacité d’agir dans un environnement bouleversé.

Le public est invité à poursuivre la recherche, avec ses propres photographies, en réponse aux premières images. A chacun de se laisser inspirer par leurs visions et de partager ses propres représentations !

L’exposition est devenue itinérante en 2016 :  après Lille, puis Nantes, et Dunkerque à l’automne. Les oeuvres grand format sont entourées de « nuages » d’images issues des contributions du public. Évolutive, l’exposition intègre au fur et à mesure de nouvelles images du public.

Pour une poignée de degrés est une initiative rare.

©Nadège Fagoo/Light Motiv

©Nadège Fagoo

Dans un premier temps, c’est une exposition photographique collective. Chaque image choisie dans la sélection (10 photographies) porte sur le réchauffement climatique. Une part visuelle du réchauffement climatique. Visuelle et non pas spectatrice. Face au réel qui dérive, aux inondations, à la fonte des glaces, à l’ensablement des côtes, à la pollution accrue de l’air, le photographe (op)pose ici la force d’attraction d’une image réfléchie, creusée jusqu’à l’épure.

La recherche iconographique a été menée auprès de photographes renommés à l’étranger pour leurs œuvres liées à la transformation du paysage naturel ou urbain (Simon Norfolk, Lek Kiatsirikajorn, Tim Franco, Nyani Quarmyne) mais également auprès de jeunes photographes français explorant des territoires incertains ou des brèches utopiques (Cyrus Cornut, Olivia Lavergne, Sébastien Tixier, Antoine Bruy, Klara Beck, Charles Delcourt). Ce qui traverse l’ensemble de la sélection est sans aucun doute la puissance imaginaire, ressource naturelle et heureusement renouvelable, qui habite le regard de ces photographes et interroge ici la relation équivoque et souvent nocive entre l’homme et son environnement proche ou lointain.

Ensuite s’ouvre un autre temps, celui des réponses individuelles venues de partout, exprimées en photographie, autour de chaque image initiale. Cette deuxième phase propulsée grâce à l’action des réseaux sociaux et d’Internet, sera celle de la découverte. Une ébauche de dialogue photographique mais aussi un écho satellitaire autour des premières photographies. Dans le meilleur des cas, une caisse claire de résonances.

Eric Le Brun, commissaire de l’exposition

Une idée qui vient d’ailleurs

© Carnegie Museum of Art – Oh Snap !

D’autres ont eu l’idée avant nous de mêler photographie, web et particpation du public. « Pour une poignée de degrés »s’inspire du projet Oh Snap ! du Carnegie Museum of Art (Pittsburgh, États-Unis). D’autres rencontres et pratiques plus proches ont influencé la démarche : suivi photographique des insectes pollinisateurs par le Museum d’Histoire Naturelle (Spipoll), atelier photo des Blongios, ROUMICS, AJonc, échanges d’expériences dans les casse-croûtes Vivacités… Que leurs initiateurs en soient ici remerciés !