démontage-DK1Dunkerque c’est fini ! Le décrochage est une occasion de voir l’exposition évoluer à l’envers et d’échanger avec les derniers spectateurs impromptus. Ce jour, peut-être le plus beau compliment reçu à propos de l’exposition… « C’est la vie qu’on voit là sur les murs ». Merci !

Parce que cette façon d’aborder l’enjeu climatique vous parle, nous sommes bien décidés à continuer. Prochaine étape, plus que le catalogue initialement prévu : le livre à paraître au printemps. Alors à bientôt.

Save

Save

Save

seminaire-climat-12-12_2Belle et émouvante rencontre ce lundi 12 décembre, déjà un des meilleurs souvenirs de l’exposition à Dunkerque.

La journée Jeunes et changement climatique réunissait 21 jeunes donc, de 16 à 26 ans, étudiants, en service civique volontaire, salariés ou « en recherche d’emploi » comme il convient de dire. Humains doués d’émotions surtout, puisque tel était l’objet de ce séminaire pensé et organisé avec trois étudiants de Sciences Po Lille très motivés. seminaire-climat-12-12Explorer nos souvenirs, nos émotions, notre imagination pour percevoir autrement les enjeux du changement climatique : tout cela était aussi conduit avec Helena Salazar-Seul qui a formidablement emporté tout ce petit monde. Merci à tous, c’est une expérience à renouveler, sans conteste.

Save

2016-11-20-DAU-LCDK-1Retour sur un dimanche un peu spécial. Le Learning center et la Maison de l’environnement de Dunkerque concoctaient ce 20 novembre un après-midi images et musique autour des expositions « Villes réelles, villes rêvées » et « Pour une poignée de degrés ». En chanson avec Françoiz Breut.

Puis en paroles avec Marie Desplechin, qui rappelle « une banalité » selon elle – ou plutôt une évidence qu’on oublie… Le changement climatique se manifeste(ra) à nous par une nature hostile – ouragans, inondations, sécheresses. 2016-11-20-DAU-LCDK-2D’où, en réaction, nous dit l’écrivain, un attachement à un paradis terrestre qu’il nous revient de préserver (le pique-nique de sa nouvelle Aux enfants). Ainsi les centaines de réponses visuelles postées sur ce site, qui tendent plus vers le jardin d’eden qu’elles ne montrent une nature hostile. A méditer.

 

Save

Save

Save

Save

© Delphine Le Vergos

© Delphine Le Vergos

L’exposition a joliment démarré ce 4 novembre à Dunkerque. Nouveau lieu, nouvelles photographies du public, nouvelle présentation ! Pour une poignée de degrés est évolutive et participative, alors à vos claviers : le 3 décembre, viendront s’ajouter des photographies postées sur ce site pour amplifier les nuages d’images et poursuivre le récit visuel du défi climatique.

L’exposition est visible jusqu’au 23 décembre du lundi au samedi de 10h à 19h. Ouverture exceptionnelle le dimanche 20 novembre de 14h à 19h.

Un grand merci au Learning Center ville durable de la Halle aux Sucres qui accueille et accompagne l’exposition, ainsi qu’à la Maison de l’environnement de Dunkerque pour le relais !

Save

Save

livret-pedagogique-ppdd-mres-compressedAprès la COP21, bientôt la COP22… Rendez-vous clés des Etats. Mais comment évoquer le changement climatique sans avoir l’impression de se répéter ? Nous vous proposons d’aborder le sujet de façon vivante, à partir de l’exposition Pour une poignée de degrés : notre livret pédagogique est en ligne ! Par une approche transversale entre textes et images, art et environnement,  vous pourrez explorer avec des jeunes (et moins jeunes) les grands enjeux du changement climatique.

Montage à La Cité Centre des Congrès de Nantes

Montage à La Cité, Centre des Congrès de Nantes

Nous voilà à Nantes, pour montrer un aperçu de l’exposition à l’occasion de Climate Chance. Le montage de l’exposition est décidément un beau moment de rencontre. Ça prend du temps d’accrocher des dizaines d’images autour des oeuvres initiales. Cela demande un peu minutie et parfois quelques astuces. Bref cela donne le temps de parler du changement climatique, de ce qui a motivé le projet. C’est chouette d’échanger, d’entendre le souvenir provoqué par une photo, de voir celui ou celle qui accroche chercher les correspondances, en imaginer de nouvelles.

Merci aux filles et aux gars de l’ombre à Lille et à Nantes, pour votre disponibilité et pour vos suggestions très utiles !

Save

Save

Save

© Place to B

© Place to B

Comment communiquer sur le climat par le biais de photos ? Voilà une étude en préparation sur les visuels climatiques qui nous parle et qu’on relaie avec plaisir ! Par Place to B, qu’on aime vraiment bien (voir ici). A suivre avec attention dans les mois qui viennent.

Save

Lppdd-29mai-6ille, c’est fini. Prochaine étape, Dunkerque, au Learning Center de la Halle aux Sucres. Plus tard mais plus longtemps que prévu ! On vous en dira plus dès que les dates seront bien arrêtées.

D’ici là vous pouvez plonger le nez dans vos archives, sortir vos appareils. Le dialogue continue, un catalogue est en preparation. Et le changement climatique ne ralentit pas encore…

Save

Save

Visite avec VivaCites

Visite avec VivaCites

On peut le dire : la photographie qui a suscité le plus de réponse à ce jour est celle d’Olivia Lavergne. Est-ce un hasard ? Ok, la nature est un sujet photographique par excellence, on préfère garder la trace de beaux paysages plutôt que de laids bâtiments, tout cela semble bien logique. Oui mais justement, on garde la trace de ce a quoi on tient… Est-ce un signe qui nous indique qu’on ne traitera pas sérieusement le défi climatique sans reconsidérer notre rapport compliqué à la nature ? Possible…

En attendant le prochain « 23 » de la MRES où l’on cause du rapport à la nature (et de la photographie d’Olivia), il ne vous reste plus que deux jours pour voir l’exposition grandeur nature à Lille.

Save

© Nadège Fagoo

© Nadège Fagoo

Il y avait quelque chose d’émouvant à réunir quatre artistes venus parler de leur travail. Ici Nyani Quarmyne, aux côtés de Charles Delcourt et Sébastien Tixier.

Tous semblent parler de la profonde empathie éprouvée, même brièvement, pour la personne photographiée. Ou pour les personnes qui – d’une certaine manière – ont rendu la photo possible. Merci à eux trois et à Olivia Lavergne d’avoir autant partagé. Merci à Eric Le Brun de nous avoir incité à regarder avec attention leur travail. L’attention sincère et curieuse à l’autre et au paysage, n’est-ce pas une étape première pour relever le défi climatique ?

Save

Save

Save